électroacoustique

Une grande partie des musiques que je compose, que ça soit pour le spectacle vivant ou le jeu en live, est dans un registre plus bruiteux que mélodique, même si je mélange de plus en plus ces deux registres pour explorer d’autres esthétiques.

Depuis plus de 10 ans, je joue ou écris avec peu de matériel : des sons issus de synthétiseurs virtuels, des sons d’origine acoustique – sons d’instruments, d’objets, d’environnement – ainsi que d’autres échantillons sonores dont on ne reconnait pas toujours l’origine. Je réalise les mixages sur Cubase pro 8.

Dans un contexte de diffusion publique, je cherche le plus possible à multiplier le nombre de haut-parleurs : à partir de 6-8 enceintes on peut créer une installation circulaire pour une écoute à 360° ou éparse et qui appelle à la déambulation.

Cette pratique de multidiffusion est pour moi passionnante à mettre en oeuvre et très intéressante dans un contexte de spectacle vivant pour venir appuyer la scénographie par exemple (cf. le projet L’appartement). Chaque haut-parleur reçoit un son différent pour mieux créer du mouvement ou du relief dans l’espace sonore et le teinter d’une atmosphère particulière, envelopper les spectateurs comme dans un cinéma.

© 2021 La théorie des écailles . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.